Guide des homologations

Pour les équipements de protection des motards

homologation equipement motardAvant toute chose, il faut savoir que les normes des équipements moto sont régies par la directive 89-686-CEE.

EPI – Équipement de Protection Individuelle (PPE : Personnal Protective Equipement).

  • EPI catégorie 1 qui concerne les activités présentant un danger mineur. La certification des produits est faite directement par le fabricant et ne nécessite aucun contrôle d’un laboratoire indépendant
  • EPI catégorie 2 inclut de son côté les équipements de moto et ceux pour lesquels l’activité présente un risque important. Ces EPI ne sont certifiés qu’après le contrôle d’un laboratoire indépendant.

Il faut donc prendre garde à cette différence car la norme EPI catégorie 1 ne repose sur aucune vérification extérieure et concerne aussi bien des gants de jardinage, des gants en latex ou des lunettes de soleil.

1 – Protections épaules/coudes/hanches/genoux (EN 1621-1)

Pour être homologué les protections d’épaules, de coudes et de genoux sont soumises au test suivant:

Un poids de 5 kg est lâché sur la protection avec une intensité de 50 joules à 12 reprises. Si la puissance moyenne transmise ne dépasse pas 35 kN (kilo-Newton) dont 1 pic autorisé à 50 kN, alors la protection sera de Niveau 1.

Si la puissance moyenne transmise n’excède pas 20 kN avec un pic autorisé à 35 kN alors la protection sera de Niveau 2.

2 – Protections Dorsales (EN 1621-2)

Pour être homologué les protections dorsales sont soumises au test suivant :

Un test d’impact à 50 joules est effectué à 5 reprises dont 2 sur des zones dites fragiles.

La puissance moyenne transmise ne doit pas excéder 18 kN avec un pic autorisé à 24 kN pour être homologué au Niveau 1.
La puissance moyenne transmise ne doit pas excéder 9 kN avec un pic autorisé à 12 kN pour être homologué au Niveau 2.

Pour information, la limite serait 4 kN ce qui représente le seuil de fracture dans ces conditions de test.

3- Protections Thoraciques (EN 1621-3)

Pour être homologuées, les protections thoraciques sont soumises au test suivant :

Elles sont soumises à un impact toujours à 50 joules où l’on récolte non seulement la puissance transmise mais aussi la répartition de l’impact.

Pour le Niveau 1, la puissance moyenne transmise ne doit pas excéder 30 kN avec un pic maximum autorisé à 45 kN et une répartition de l’impact à 15 %.

Pour le Niveau 2 la puissance moyenne transmise ne doit pas excéder 20 kN avec un pic maximum autorisé à 35 kN et une répartition de l’impact 30 %.

4 – Airbags (EN 1621-4)

Cette homologation est est cours de définition mais devrait se baser sur le temps d’ouverture de l’airbag et sa zone de couverture .

5- Gants (EN 13594)

Au Niveau 1 les gants doivent résister à une abrasion de 1,5 secondes et une pression d’éclatement de 40 N (Newton). Il doivent descendre de 1,5 cm sous la base du pouce.

Au Niveau 2 les gants doivent résister à une abrasion de 5 secondes et doivent descendre de 5 cm sous la base du pouce.

Notes : Ils faut savoir que les coques sont toujours optionnelles. Ainsi, certains gants aux allures de gants de piste ne sont pas certifiés niveau 2 même avec des coques de protections.

6 – Bottes (EN 13634)

Pour être homologuées, les bottes doivent avoir une hauteur de 162 mm pour une taille 36 et 192 mm pour une taille 45.

La botte est divisée en 2 zones : la zone B la plus exposée et la zone A moins exposée.

Au Niveau 1 la zone B doit résister à l’abrasion 5 secondes et la zone A 1,5 secondes.
Au Niveau 2 la zone B doit résister à l’abrasion 12 secondes et la zone A 2,5 secondes.

7- Blouson, pantalon, combinaison (EN 13595)

Le test pour l’homologation se divise en 4 zones.

Pour le niveau 1

  • Les zones 1 et 2 doivent résister à l’abrasion pendant 4 secondes, résister à l’éclatement à hauteur de 700 kPa et résister à la perforation à 25 mm.
  • La zone 3 doit résister à l’abrasion pendant 1,8 secondes, résister à l’éclatement à 500 kPa et résister à la perforation à 30 mm.
  • La zone 4 doit résister à l’abrasion pendant 1 seconde, résister à l’éclatement à 400 kPa et résister à la perforation à 35 mm.

Pour le niveau 2

  • Les zones 1 et 2 doivent résister à l’abrasion pendant 7 secondes, résister à l’éclatement à hauteur de 800 kPa et résister à la perforation à 15 mm.
  • La zone 3 doit résister à l’abrasion pendant 2,5 secondes, résister à l’éclatement à 600 kPa et résister à la perforation à 25 mm.
  • La zone 4 doit résister à l’abrasion pendant 1,5 secondes, résister à l’éclatement à 450 kPa et résister à la perforation à 30 mm.

Le niveau 1 est généralement conseillé pour les scooters et cyclomoteurs. Le niveau 2 est conseillé pour les motos et maxi-scooters.

La norme EN doit être indiquée à coté du logo CE sur l’étiquette du produit.

Pour les casques :

Deux types d’étiquettes pour certifier l’homologation du casque sont possibles.

  • Une étiquette verte sur laquelle est imprimée la norme NF (NF S 72.305)
  • Une étiquette sur laquelle est imprimée la norme européenne E suivie d’un numéro pour le pays d’homologation d’origine
    • 1 pour l’Allemagne
    • 2 pour la France
    • 3 pour l’Italie
    • 4 pour les Pays-Bas
    • 5 pour la Suède
    • 6 pour la Belgique
    • 7 pour la Hongrie
    • 8 pour la Tchécoslovaquie
    • 9 pour l’Espagne
    • 10 pour la Yougoslavie
    • 12 pour l’Autriche
    • 13 pour le Luxembourg
    • 14 pour la Suisse
    • 16 pour la Norvège
    • 17 pour la Finlande
    • 18 pour le Danemark
  • La deuxième ligne indique une série de chiffre commençant par soit 04 qui correspond à la norme ECE 22-04 soit 05 (ECE 22-05), la norme ECE 2-03 étant refusée en France.Avec la norme 22-05, est apparue un batterie de tests supplémentaires comme
    • un test d’impact sur le menton :
      • La lettre J correspond aux casques Jet
      • La lettre P correspond aux casques intégraux
      • Les lettres NP indiquent que la mentonnière n’a pas réussi le test d’impact de la mentonnière.
      • Les lettres PJ indiquent que le casque est homologué à la fois comme casque Jet et casque intégral. Ils permettent à ce type de casque modulable de pouvoir rouler avec la mentonnière relevée.
    • un test sur les éléments susceptibles de s’accrocher en cas de dérapage

La norme DOT

La norme DOT est reconnue aux Etats-Unis et au Canada mais pas en Europe. Bien que les tests d’homologation se valent, si vous roulez avec un casque homologué uniquement DOT en Europe, vous serez dans l’illégalité.

Il est utile de rappeler que la jugulaire doit être obligatoirement attachée et qu’en France les casques doivent impérativement posséder des éléments rétro-réfléchissants sur tous les côtés du casque. Certains fabricants les incluent dans la boîte sans les coller sur le casque.

Pour les antivols

  NF : Norme Française créée et gérée par l’AFNOR (Association Française de Normalisation) qui est l’organisme Français de normalisation. NF répond à certaines normes définies par l’AFNOR.

SRA : La SRA est l’association Sécurité Réparation Automobile, elle regroupe une grande partie des compagnies d’assurance qui créent des règles et des normes auxquelles les antivols doivent répondre pour garantir un haute résistance au vol.

FFMC : Fédération Française des Motards en colère L’objectif de la Fédération Française des motards en Colère est de fédérer les usagers des deux roues et trois roues motorisés (du cyclo au gros cube), autour de certaines valeurs . Elle défend sans corporatisme les usagers de deux et trois roues.

Les antivols peuvent être

  • NF
  • SRA Soumis à des tests haute résistance plus stricts que la norme NF seule
  • NF / FFMC Les produits sont soumis à des tests de haute résistance la différence avec la norme SRA est qu’il y a un contrôle de qualité tout au long du processus de fabrication.
  • SRA – NF/ FFMC Certains antivol cumulent donc les normes ayant réussi tous les tests différents. Un gage de résistance et de qualité.

Note : certains assureurs demandent de s’équiper avec des antivols certifiés NF /FFMC ou SRA sans quoi ils ne vous assureront pas. De même en cas de sinistre la facture de l’antivol est automatiquement demandée par votre assureur pensez donc à la conserver.

Enregistrer