Comment choisir son casque moto

Le port du casque est obligatoire mais surtout vital. À l’instar de la ceinture de sécurité, enfiler son casque avant même de démarrer relève du bon sens. En revanche, le choix du modèle est loin d’être naturel. Difficile en effet d’y voir clair parmi les centaines de casques moto proposés dans les réseaux de distribution traditionnels. Il existe une multitude de design, de caractéristiques techniques et d’options qui compliquent encore plus la tâche des néophytes.

Les 3 règles de base

Bien choisir son casque de moto

Acheter un casque moto ou scooter neuf

Il est important de rappeler qu’un bon casque est avant tout un casque homologué et surtout neuf. Contrairement à ce que l’on pourrait croire au premier abord, ce principe n’est en aucun cas une tentative de lobbying de la part des fabricants. Il faut savoir en effet qu’un casque ayant subi une chute ne présentera pas forcément de traces visibles. Par contre, l’intérieur de la calotte pourra être abîmé, ce qui réduira considérablement son degré de protection. Il ne faut donc jamais choisir un casque d’occasion même si celui-ci semble totalement neuf.

Ne pas prêter ou se faire prêter un casque

Il existe une seconde raison pour ne pas acheter un casque d’occasion. Par définition, celui-ci aura déjà été porté, ce qui nous conduit à la 2ème règle essentielle : ne pas se faire prêter un casque. Les mousses qui constituent l’intérieur d’un casque s’adaptent à la morphologie de chaque pilote. Ce procédé permet un ajustement morphologique et un maintien parfaits, critère de sécurité essentiel. En utilisant un casque prêté, on risque de se retrouver avec un casque peut-être abîmé à l’intérieur et mal ajusté.

Changer son casque à la moindre chute

Enfin, il faut savoir que la loi obligeant à changer son casque tous les 5 ans est une idée reçue. Cela était vrai autrefois, lorsque la garniture des casques n’était pas interchangeable et finissait par se tasser pour devenir inefficace. Ajoutez à cela leur sensibilité aux UV qui rendait le plastique beaucoup plus cassant. Aujourd’hui, les marques proposent des casques plus résistants avec des intérieurs modulables qui permettent de les conserver plus longtemps. Ceci étant, même si la durée de vie des casques a considérablement augmenté, il est important de rappeler qu’en cas de chute (même minime sur un sol dur), il faut impérativement le changer. Cela peut paraître un peu excessif, mais il en va de votre sécurité.

Intégral, jet ou modulable ?

 L’intégral pour une protection optimale

Casque Shark S700 Legion MatLe casque intégral est généralement incontournable car il est celui qui offre la meilleure protection. Il est vivement conseillé pour les virées sur route et/ou à grande vitesse. Les marques rivalisent de bonnes idées pour proposer des modèles toujours plus aérodynamiques, aérés et confortables. Un motard occasionnel pourra facilement trouver un bon casque intégral standard à partir d’environ 130€. Le prix du casque dépendra ensuite de ses options, qui feront certes monter la facture, mais qui seront l’assurance d’un casque confortable et adapté aux besoins des pilotes chevronnés.

Casque scorpion exo 900Le jet pour sa légèreté et ses déplacements urbains

Le casque jet est à l’inverse le plus basique et le moins onéreux. Il est adapté  aux virées urbaines et/ou à petite vitesse. S’il possède un écran, celui-ci ne protégera pas la partie basse du visage en cas de choc. C’est pourquoi il est vivement déconseillé de l’utiliser sur la route. Il est possible d’opter pour un casque jet « full face » avec écran long qui vous protégera du vent et des intempéries.

Le modulable, pour les pilotes « hybrides »

Casque Shark Evoline

Le casque modulable est un bon compromis entre l’intégral et le jet. Son système de mentonnière amovible vous permet de l’utiliser en position jet comme intégrale. Certains modèles possèdent même la double homologation. Jusqu’à présent, les modulables étaient plutôt boudés par les motards car ils manquaient cruellement d’aérodynamisme et pesaient assez lourd. Aujourd’hui, les grandes marques ont réussi à développer des modulables performants, plus légers et qui ne gênent pas l’aérodynamisme en mode jet grâce notamment à une mentonnière à 180°. Niveau budget, les modulables se situent dans une fourchette milieu – haut de gamme. À noter également qu’il existe des casques transformables sur lesquels on peut retirer complètement la mentonnière.

Quelles options choisir ?

Lentille Pinlock HJC DKS088 claireLa multitude d’options disponibles pour les casques peut rapidement donner le tournis. Certaines marques possèdent même leur propre technologies brevetées. Il existe cependant des options de base qui participent au confort et à l’efficacité du casque :

  • La lentille Pinlock qui empêche la buée de se déposer sur l’écran
  • L’intérieur démontable et lavable que vous pourrez changer quand les mousses seront tassées
  • Les spoilers de ventilation, indispensables l’été
  • La fermeture jugulaire par boucle double D ou micrométrique
  • Le double écran solaire

Mais aussi des options que l’on retrouve sur les casques plus haut de gamme :

  • Le gonflage des joues pour un ajustement parfait
  • Cache nez amovible
  • Bavette anti-remous
  • Coque en fibres de carbone

Dans tous les cas, pour un premier achat, il est préférable de prendre conseil auprès d’un expert de La Bécanerie qui aiguillera votre choix vers le modèle le plus adapté à vos besoins.

Quelle taille pour mon casque ?

Les pilotes débutants ont souvent la fâcheuse tendance à choisir un casque dans lequel ils se sentent bien, facile à enfiler et à retirer. Pourtant, un casque moto est comparable à un bon jean. Il faut se sentir un peu serré au début, le temps que celui-ci s’adapte à notre morphologie.

Ainsi lorsque vous essayez un casque, il est important de s’assurer que celui-ci serre correctement au niveau des joues et du front. Si vous pouvez passer un doigt entre le front et la mousse du casque, c’est qu’il est trop grand. Si vous tournez la tête rapidement, il ne doit pas bouger d’un pouce. Mais il est inutile de se couper la circulation du sang ! Si le casque se montre vraiment douloureux et vous arrache les oreilles lors de son retrait, essayez une taille au dessus.

Les pilotes porteurs de lunettes doivent également penser à essayer leur casque avec leurs lunettes. Certains modèles possèdent d’ailleurs un système Easyfit qui permet d’enfiler les branches plus facilement.

Toutes les marques ne taillent pas de la même façon. Ainsi, le meilleur moyen de déterminer sa taille reste encore de mesurer son tour de tête et de se reporter au guide des tailles de la marque généralement indiqué dans la fiche produit. La mesure se prend au niveau du front à environ 2,5cm au dessus des sourcils.

Guide des tailles casque motoÉquivalences générales des tailles de casques :

Il est également important de souligner que le poids du casque est extrêmement important. Un casque est considéré comme léger aux alentours de 1150g pour un intégral . La moyenne tourne autour de 1400g. Un casque léger ménagera davantage les muscles cervicaux, ce qui est particulièrement appréciable lors des longues virées.

En conclusion, l’achat d’un casque de moto nécessite une réflexion en amont sur ses besoins et ses attentes en termes de confort et de fonctionnalités. Contrairement aux idées reçues, un casque pas cher n’est pas forcément synonyme de mauvaise qualité. Il suffit qu’il soit homologué (CE ou DOT/CE). Vous pouvez commander les yeux fermés sur La Bécanerie en ayant la certitude de recevoir un casque conforme. Il faut juste garder à l’esprit que le prix d’un casque varie uniquement en fonction des options qu’il possède et non de sa fiabilité.

Enregistrer

Enregistrer